top of page
  • Photo du rédacteurC.AYOOYE

William Troost-Ekong pourrait jouer être présent en juin avec les Super Eagles


William Troost-Ekong, capitaine du Nigeria
William Troost-Ekong, capitaine du Nigeria

Le meilleur joueur de la CAN 2023 en Côte d'Ivoire, William Troost-Ekong, a déclaré qu'il pourrait être de retour avant la fin de la saison. Le capitaine des Super Eagles pourrait donc être disponible en juin lors des matchs cruciaux de qualifications à la Coupe du monde 2026.


L'international nigérian a cependant déclaré qu'il n'allait pas précipiter son processus de récupération et qu'il attendrait volontiers le début de la saison prochaine si cela est nécessaire pour faciliter son retour à la compétition en douceur.


Le défenseur central de 30 ans s'était blessé lors du second match de poule de la CAN face à la Côte d'Ivoire et avait repoussé ses limites et la douleur pour poursuivre la compétition avec le Nigeria.


William Troost-Ekong opéré le mois dernier en Finlande, a déclaré à CNN ; "Je devrais être de retour et en forme en mai, mais je pense que c'est ma saison en club est terminée. On ne sait jamais comment se déroulera la rééducation, mais je ne veux pas me précipiter, car à l'âge de 30 ans, il faut être intelligent face à ces blessures".


"Je veux être à 100 % pour la saison prochaine. Si je peux jouer à la fin de cette saison, c'est super, sinon je serai prêt pour la saison prochaine".


Le joueur du PAOK Salonique a également expliqué comment il avait réussi à jouer la CAN malgré sa blessure.


"J’ai eu une déchirure du biceps fémoral, qui est essentiellement la partie extérieure des ischio-jambiers. C'est arrivé pendant le tournoi et je pensais que c'était juste une petite déchirure au début lors du deuxième match de la phase de groupes contre la Côte d'Ivoire. J'ai réussi à continuer à jouer et après la finale, j'ai passé une autre IRM et nous avons réalisé que c'était vraiment rompu", a-t-il raconté.


"C'était très douloureux de jouer avec et je n'ai pas réellement pu m'entraîner après le deuxième match de groupe. Je posais de juste de la glace pour réduire l'enflure."


"Je pouvais m'entraîner qu'une demi-heure à la veille de chaque match, puis pendant le match, c'est l'adrénaline qui permet de s'en sortir. Le lendemain de chaque match, cela se voyait clairement que j'étais blessé, car j'avais du mal à marcher."

コメント


bottom of page